jeudi 7 novembre 2013

Canberra (et quelques tracas.)

Si le titre (quoique déjà bien aguicheur) ne vous a pas mis l’eau à la bouche, voici le sommaire du jour, histoire de vous faire frissonner un peu.


Et pour ce 08 novembre 2013, voila un programme bien chargé histoire de rattraper la longuuuuue semaine sans nouvelles de nous (si si nos parents eux, l’ont trouvé très longue)  faute de connexion internet (ou de réseaux téléphonique d’ailleur.)

Au menu du jour, Visite de Canberra - jeune Capitale de la nation -, de ses musée (Qui aurait cru qu’on y mettrait les pieds hein ??! ), des pannes, du camping devant des casses automobiles (on visite tout nous), promenade parmi les extraterrestres (ou presque), du froid, des grottes, de belle villes, des parcs nationaux immense et de la vie sauvage bien sur !

Mais revenons à Canberra.
Cité d’un symétrie à toute épreuve.


Ce que ce panoramique (raté certes mais c’est le seul qu’on est) pris sur le toit du parlement laisse entrevoir. Noter l’axe central et ses deux jumeaux bien symétrique, voici le schéma répété 4 fois (et dans ses moindre détails) du cœur de ville. (Un petit coup d’œil sur maps’ vaut le détour)

Comme tout bon touriste se le doit nous avons commencé notre visite par le parlement, idée simple à avoir puisque leurs avenues amènent toute à lui lorsque l’on rentre dans la ville.

Voici donc la démocratie en action !


Un parlement neuf, ( l’ancien donnant sur l’ambassade aborigène il en ont fait un musée ) totalement accessible après une inspection plus draconienne encore qu’a l’Aéroport (Portique de sécurité, rayon X, garde et tout le tralala, ont remercie au passage l’expérience de Fred et Rachel pour s’etre fait attraper avec leur couteaux avant nous, et nous épargner bien des ennuis.) mais l’effort et vite récompensé par un parlement haut en couleur.

Voici la Grande chambre publique, ou il ne ce passe pas grand-chose en faite. C’est jolie, le fond est une superbe tapisserie, les murs sont remplie de diverse collection aborigène, historique ect ect. 

  
On imagine sans grande difficulté les grandes réceptions et banqué qui peuvent y être données.

La visite ce continue sur un patio aéré et lumineux qui dessert les salles de travail (Oui quand même, ça leur arrive aussi, il n’y a pas juste des banquets et des visites)














Chambre du sénat et des députés. Les audiences sont totalement publiques et ouverte à tout le monde. Mais attention, en cas de débordement vous risqué jusqu’à … 24h d’interdiction de revenir.

Sévère justice donc.

 












Comme les Australiens font les choses biens, tout est visitable, du jardin aux toitures !

 
























Encore une fois il faut souligner l’extraordinaire organisation Australienne, ou sans que rien ne soit laissé au hasard, nous ne faisons jamais la queue ni ne patientons dans les activités touristiques, et l’ensemble toujours desservie avec convivialité, force de sourire et attention.

Mais assez de temps au parlement il est temps de voir ce que nous réserve d’autre la capitale tranquille (Aucun bouchon, peu de building, aucun bruit, 1/10 des habitants de Sydney en comparaison…)
Alors vite nous nous précipitons au quartier des Ambassades ! Puisque nous ne retirerons aucune infos de cette partie de la visite de la cité du business, voici en vrac les quelques photos réussi.

 




















Pour l’anecdote, sur la gauche vous constaterez que de la « British » ambassade sort bien sur… Une jaguar 

Bien que dur à trouver, voici après mainte recherche, la French touch !


Et nous conclurons par les deux ambassades les plus originales du lot,
En n°2 « l’aboriginal » Embassy, fondé dans les années 70 par le mouvement Abo, aujourd’hui encore et toujours sur les jardins de l’ancien parlement, devenu un musée depuis.

L’histoire des aborigènes d’Australie est une vrai aventure que nous n’avons pas encore pris le temps de comprendre. Mais  cela viendra, plus tard dans le nord du pays, directement aux sources.









Et en numéro 1 du classement de l’original, la « Quasi ambassade iranienne » que l’Iran daigne simplement de construire. Mais mention spécial aux Aussie, qui maintienne le terrain et pose un panneau explicatif dessus.


Après ce court instant visuel sur la politique Australienne nous nous penchons (Ou levons plutôt, enfin bref)  sur leur communications. La fameuse Telstra tower de Canberra.  Fameuse dans la mesure ou elle ce voit de très – TRES – loin et identifie réellement la ville.


Et qui offre en prime une très belle vue sur la ville.


Mais depuis le matin de ce 1er novembre quelque chose ne va pas. Un mauvais feeling lié au démarrage poussif du Pajero, et une sale odeur d’essence dans l’habitacle me pousse à ouvrir le capot sur le parking de la Tesltra. Et horreur ! L’une des batteries à explosé ! Peu importe on à la deuxième ! 
Mais comme on fait les choses biens, l’acide de la défunte batterie à bien évidemment rongé une durite d’essence, l’arrivé d’essence dans la rampe d’injection.

Pour les néophytes : Ca roule plus.

Voilà pour les tracas de Canberra.
Mais notre souscription à la NRMA (Ne pas confondre avec la NRA, ça c’est américain et moins sympa) lobby local de l’assistance automobile va porter ses fruit !


Allez courage Paji on va s’occuper de toi !

Après une brève négociation, le dépanneur accepte de nous poser dans une « Rekka, recca, reka, reqa… » bref comprendre une casse. Nous voici donc en mode camping, de retour à Queanbeyan !  Camping pour le moins urbain puisque sur le parvis de la casse.

Le lendemain après un bref suspens, le casseur nous montre un Pajero abandonné dans une vision d’horreur sur son terrain.
Désossé et écrasé par d’autre voiture, un pajero blanc nous montre ses tripes. Et miracle la longue tubulure en acier, d’un seul tenant y est encore !

Mais le casseur refuse de la démonter, trop compliqué ! Il nous explique qu’elle est posé la sur la caisse avant le moteur et le châssis, ce qui la rend trop longue et complexe à démonter ! A bon ?
En clair à moi de le faire ! Et si le prélèvement sera plutôt facile, la longue durite en fer (qui part du moteur jusqu’au réservoir, coudé de part et d’autre, et formant un grand L) s’avèrera plus dur à remonter.

Souvenir d’une autre époque que d’avoir les mains la dedans !

Bref sale mais heureux, nous devons attendre lundi ! Et oui quitte à tomber en panne autant le faire un vendredi soir, histoire que la banque de Canberra (ou nous attend la carte bancaire de Fanny elle aussi tombé en panne) soit fermé. Nous occupons donc le week-end à trouver un camping sympa et visiter le « Deep space communication complexe ».

Petite aparté pour mettre un terme au préjugé sur le camping.
Non ce n’est pas rustique.


De la gauche vers la droite, voici une photo de notre « tea time » du soir.

Barbecue (of course !) générateur électrique, ordinateur, téléphone, appareil photo, gopro, le thé (oui pour un tea time c’est mieux) notre cooking deux feu (qui marche mieux que notre ancienne gazinière de Montpellier à vrai dire), la toile de camping n’est pas déplié mais bien utile, sur le toit du 4x4 ce cache 75 litre d’eau (Autonomie de 2 à 3 jours environs) 60 litres d’essence ( 400 kilomètres… Maximum ! ) et à l’intérieur notre frigo, nos deux batteries (dont une neuve…), et le lit.

Mais passons à notre visite de la NASA. Après la orroral valley nous les retrouvons donc ici juste à côté de Canberra ! Le deep space communication complexe occupe ses journées à envoyer des signaux dans l’espace et à en attendre. Et faute de retour de nos amis martiens ou autre lunaire, - Pourtant avec une énorme parabole de 76 metre et 5 « petites » de 26 mètre pour recevoir c’est pas faute d’essayer ! Remarquez ils doivent bien pourvoir capter canal en douce avec ça –
 ils font aussi visiter histoire de tuer le temps.

Ya des cailloux.







Bon ils viennent de la lune alors c’est sympa quand même.



Des déguisements bizarres.










 (On vous raconte pas la galère pour draguer accoutré comme ça…)

 Des voitures au design douteux.


De grande antenne pour parler avec les plutoniens.














Fanny à bien cherché, mais elle à rien vue.

  
Et comme prévu le lundi, Canberra nous revoila ! Pour une carte bancaire, certe mais quand même. Tant qu’a y etre il paraitrait que le Meilleur musée Australien serait ici !
Un musée sur les guerres mondiales.
Pas que le thème nous soit franchement inconnue mais l’entrée est gratuite, alors pourquoi pas ?

Et comme toujours ici, il y mette les moyens.
Déjà de l’extérieur le musée à une sacrée allure.


Bien qu’il soit essentiellement consacré aux Australien pendant les guerres, avec un grand « hall of fame » des récompensé et leurs médaille, la section aéronautique est plutôt impressionnante.

Un "mig" et son réacteur.


Un zinc tout en zinc.

 Des avions démonté pièce par pièce, ainsi que des simulateurs de vols ayant réellement servie, des intérieurs de cockpit…


  
La section sur la 2eme GM ce révélera plus classique, essentiellement concentré sur la craintes d’une attaque japonaise.




Faute de route, et de locomotive voici la loco-jeep.

Visite du parlement : Fait
Des ambassades : Fait
De la ville : Fait
De ses musées : Fait
Récupérer la carte bancaire : fait
Tomber en panne : Fait

Bon et bien plus qu’un dernier regard à jeter sur la ville et Bye bye Canberra !


La journée étant bien avancée nous prenons la route de Jindabyne, étape avant d’atteindre le plus grand parc national du New South Wales, le Kozsciusko National Park.

280 kilomètres de ligne droite. Voilà ce qui nous amènera sans surprise dans les fameuse Snowy Mountain du Kozsciusko et ses stations.


Sur la route nous croisons encore de sympathique « rest area »


(oui on joue avec le mode panoramique)
 Et des champs ressemblant à s’y méprendre aux plaines du Larzac, parsemé de pierres.

 












Et parfois d’une certaine approche de l’art abstrait.

 ( a remettre dans son contexte, au milieu d’un champs, en plein nulle part. Un no-man’s-land de l’humanité ou seul quelque touriste (comme nous) vaque histoire de. )

Mais l’arrivé sur Jindabyne nous rappelle bien vite la splendeur de l’Australie.
On a beau savoir que c’est exclusivement des lacs artificiels, cela nous en met toujours plein la vue !


Le camping du soir ce fera près d’une rivière, dont l’accès est rigoureusement gardé par une armée de Marguerite. (Qui hélas pour elles gardent aussi l’accès à l’abattoir du bout de la route)


La suite de notre périple dans le Kościuszko va nous amener aux fameuse Yarrangobilly caves, grotte connue dans la région. Fermée bien sur (oui à 15h30 c’est la fin de journée pour les travailleurs ici.) mais par contre la South Glory Hole Cave est encore ouverte en Self visite !
Alors vite nous embarquons pour une petite marche, toujours dans un décor fabuleux.


Avant d’atteindre le fameux South Glory Hole, découvert au XIX siècle.  


Et l’origine du nom saute plus ou moins aux yeux.


Comme la majorité des photos dans la Grande grotte donne ça :


Il va falloir nous croire sur parole, c’est très grand, c’est plutôt impressionnant et pas franchement bien éclairé.





Mais l’accès aux Caves donne aussi le droit à un Bain thermal. 
Une piscine naturelle conçu en 1896, dont la température ce maintien toujours à 27°.

Et en plus… Elle est magnifique !



Grâce à notre petite avance d’un mois sur la saison, nous allons être obligés de profiter seul de cette immense piscine… Tant pis on se plie à notre devoir !

Le chemin du retour nous amènera à croiser la route d’un Wallaby tranquille. (Ou plutôt à ce qu’il croise notre route.)

Comme toujours depuis le départ de cette aventure nous devons camper dans des taudis minables sans la moindre petite vue.


Déçu par cette vision d’horreur nous prenons vite la route en direction de … On ne sait pas encore en fait à ce moment-là. Mais la route nous amènera à travers différent type de forêts, sèches et désolées…



… ou 4 kilomètre plus loin, verdoyante d’Eucalyptus.

Et c’est l’occasion de vous montrer quelque chose de particulier à voir, que la photo n’atténue qu’un peu.
La nappe bleu que vous voyez ci-contre dans la forêt du Kościuszko est formée par les vapeurs d’Eucalyptus. Elle est présente de manière constante au-dessus de toutes les zones d’Eucalyptus.



Les routes d’Australie nous amènerons même à voir de la neige ! (Dans les Snowy Mountains)

Les mauvaises langues Australiennes prétendent que le prix des forfait ski est tellement élevé ici qu’il est préférable d’aller skier en Nouvelle Zélande…

Lassés du New South Wales nous prenons la route  du Victoria qui nous confortera dans l’idée d’avoir choisi un 4x4.



























200 Kilomètre de piste glissante, alternant le sable et le gravier, mais dont les paysages valent largement le détour.


Encore une fois ce voile bleu lié à L’Eucalyptus. Il s’agit ici d’une foret entièrement rasé par le feu en 2003.




                                        

Et comme promis dans le sommaire, voici de la Wildlife ! Un pur sang magnifique qui nous coupa la route sur une piste, avant d’essayer de nous charger (N’aime pas poser pour les photos). Un cheval sauvage d’une rare dignité. Admirez :





Oupla pas l'bon, ça c’est le cousin moins viril de Jindabyne.

Le Mustang sauvage qui nous a tant impressionnés Le voilà :



Bon ce n’est sans doute pas un Mustang ou un pur-sang, mais un cheval magnifique en tout cas. Et ce qu’une photo ne rendra jamais, c’est ce regard d’acier, de défi qu’il fut capable de nous adresser en guise d’avertissement. Sauvage et il le restera.  ( A vrai dire il nous a plus ou moins chargé )

Après un rapide check up du 4x4, (Ou Fanny m’accusera honteusement de maltraiter notre Paji)


Comme toujours nous trouvons un super camping rien que pour nous,











Avec rivière privé dans l’arrière-cour bien sur !


Et nous voilà, en ce Jeudi 7 novembre dans le Victoria !


Le changement de parc ( Du Kozsciusko a L’Alpine National Park ) est immédiatement perceptible. La terre devient rouge, et nous passons du Larzac et ses Cailloux aux douces prairies de la Dordogne.

 










(Terre rouge d’Australie)











(Communauté de Buchan. )

Une très courte étape à Suggan Baggan et ses 1 habitant ne nous permettrons pas un ravitaillement correct, alors nous avons campé cette nuit au Caves Camping de Buchan, sans originalité au milieu de Kangourous,


Et de lézard aux airs préhistoriques.


Nous aurons la chance de voir nos premiers opossums tardivement dans la nuit, haut perché dans leur Eucalyptus, une mère portant son petit sur le dos. – nous faisant espérer l’espace d’un instant, voir le tant attendu Koala –

Voilà pour cette grande semaine encore riche en émotions, qui en précède une encore plus chargé, puisque notre exploration du Victoria (de la pointe Est vers l’Ouest) s’annonce Hautement intensive.

A très bientôt, on vous embrasse ! 


                                                                   ...           A j’ai failli oublier, comme toujours une semaine riche en amis volant, à qui promis nous dédierons une page avec les noms et descriptif par la suite ( On as enfin trouvé un bouquin digne de ce nom sur les animaux Australiens ! )

Commençons par les connues, un pigeon ! Oui mais à crête s’il vous plait !



                     Un canard, mais quand même plus jolie qu’un col vert non ?





Un insaissisable - et nargueur - oiseaux.
Vivacité à toute épreuve, bouge toutes les 4 seconde sinon rien. 


G&F
08 novembre 2013 
 - Orbost Neighbour House -


6 commentaires:

  1. Quelle aven-durite ! Eh ? Vous seriez pas un peu fusionnels avec votre bagnole ? moi j'dis ça... j'dis rien
    Bises... on pense à vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on l'aime bien notre Paji :D
      Bisoux auX filleS ;)

      Supprimer
  2. Merci pour tant de descriptions.

    Mais, la punition en cas de débordements au parlement est quand même trop insupportable !
    Tâchez de vous épargner un tel risque ;-)
    Et bonne suite !

    RépondreSupprimer
  3. Le poids des mots et le chocs des photos, bravo aux reporters.En revenant vous pourrez publier un livre et faire des conférences sur votre trip.
    Profitez en bien, en France c' est tout gris et froid.
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. Belle écriture et ca nous fait voyager, pourvu que ca dure !

    RépondreSupprimer